Elevator pitch : comment l’utiliser dans la recherche d’emploi ?

 In Gestion professionnelle, Recherche d'emploi
A une époque où l’on communique en un claquement de doigt et où l’on scroll des kilomètres de pages internet d’un simple coup d’index, il faut communiquer rapidement. Et l’elevator pitch, discours bref et impactant dans un temps limité, prend de plus en plus d’importance. Originellement utilisé en marketing pour la promotion de projet ou de produits, il repose sur une présentation brève, impactante et valorisante. C’est un outil professionnel précieux : pour présenter son entreprise, vendre ses services ou lorsqu’on est en transition de carrière.

En effet, l’elevator pitch est aisément transposable au monde professionnel. Lorsqu’on est en transition de carrière, en reconversion professionnelle ou en recherche d’emploi, il faut également se présenter de manière brève, impactante et valorisante. Bien développé, c’est une ressource clé pour se démarquer sur le marché de l’emploi et réseauter.

Définition de l’elevator pitch

L’elevator pitch est un court argumentaire qui consiste à présenter un projet, une entreprise ou soi face à un partenaire ou investisseur potentiel dont le temps est compté.

C’est d’ailleurs de là qu’il tire sa dénomination. C’est censé être une courte présentation à utiliser si vous rencontrez une personne importante dans l’ascenseur. Vous n’avez alors que quelques secondes, le temps d’un trajet en ascenseur, pour attiser la curiosité.

Le but de l’elevator pitch est de présenter et d’intéresser l’interlocuteur. L’idée est d’attiser sa curiosité pour obtenir un rendez-vous. Et c’est au rendez-vous que vous pourrez le convaincre, car vous aurez du temps pour présenter votre projet.

L’elevator pitch est donc un discours bref, synthétique et impactant qui doit attiser la curiosité de votre interlocuteur.

Comment développer son elevator pitch ?

Lorsqu’il est utilisé dans le cadre de transition de carrière, l’elevator pitch fait partie du marketing de soi. Ce marketing de soi est le reflet du positionnement sur le marché. Il est le reflet de votre image et démontre vos ambitions pour demain. C’est pourquoi il est capital qu’il soit cohérent.

En ce sens, avant de vouloir rédiger son elevator pitch, il faut développer son marketing de soi. Comme dans tout projet, on ne peut pas présenter quelque chose qu’on ne connait pas. Il faut donc d’abord apprendre à se connaître. Puis, il sera possible de développer un marketing de soi cohérent. Ce dernier repose sur les compétences métiers (savoir-faire), les compétences sociales et les valeurs (savoir-être). Une fois ce marketing de soi développé, l’elevator pitch peut être conçu et testé. 

L’elevator pitch doit présenter ce qu’on apporte et non pas ce qu’on est. Ceci est très important pour faire rêver notre interlocuteur. Par exemple, dire « je joue au foot » ne fait pas rêver l’autre. A l’inverse, dire « on me considère comme un pilier pour la défense d’une équipe » fait rêver l’autre. A ce moment-là, notre interlocuteur sait ce qu’on sait faire et rêve de qu’on pourrait faire ensemble.

De même, l’elevator pitch doit présenter une ou plusieurs réalisations des 3 dernières années. Ceci permet de se valoriser et de démontrer ce qu’on apporte par des exemples. 

Un autre point important est l’explication. Il est souvent nécessaire de préciser les raisons d’une transition de carrière. Ces raisons sont expliquées au milieu de l’elevator pitch. C’est ce qu’on appelle la méthode sandwich.  En procédant ainsi, on pallie au fait que le cerveau se souvient surtout des derniers (« effet de récence») et des premiers (« effet de primauté ») éléments présentés.  En outre, lors de cette explication, on explique ce qui s’est passé, mais on ne se justifie pas. De même, on ne critique jamais l’ancienne entreprise. De tels critiques sont intéressants dans un premier temps, comme des ragots, mais génèrent de la méfiance (va-t-il/elle faire la même chose sur nous ?).

Enfin, chaque mot compte. L’elevator devant être bref et impactant, il faut choisir les informations contenues avec soin. Pour ce faire, une astuce peut être d’écrire un brouillon du pitch sans limite d’idées ni de temps. Ce brouillon rassemblera toutes les idées jugées importantes. Ensuite, les informations non essentielles ou répétitives sont supprimées. Il ne restera que les informations pertinentes, permettant d’aller à l’essentiel.

En résumé, l’elevator pitch doit être court et bref, de l’ordre de 5 informations (catégorie d’emploi, formation, langue et deux autres informations). Ensuite, il doit être impactant. Il faut que la personne à qui vous avez parlé puisse répéter les informations à une autre personne. C’est pourquoi il faut cibler ce que l’on apporte et ce qui intéresse notre interlocuteur. C’est ainsi qu’on va faire rêver la personne et l’intéresser, et qu’elle le répétera plus loin.

3 clés à appliquer à son elevator pitch

1 – La préparation

Hormis la rédaction de son elevator pitch, il faut aussi se préparer à le dire. Testez-le devant une glace et enregistrez-vous. Qu’en pensez-vous ? Avez-vous été convaincant ?

Vous pouvez aussi suivre des ateliers de groupe (Marketing de soi, réseautage et Elevator Pitch) ou un coaching individuel pour développer et tester votre elevator pitch.

2 – La question finale

A la fin de votre elevator pitch, demandez : connaissez-vous quelqu’un avec que je peux parler de mes projets ?

3 – La carte de visite

Pensez à donner votre carte de visite à votre interlocuteur et à prendre la sienne.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir des informations intéressantes et utiles sur les pratiques RH actuelles.

Recent Posts

Leave a Comment

Start typing and press Enter to search